Posturologie : remettez-vous d'aplomb !



La posturologie étudie notre corps en position debout. Elle a donné naissance à une thérapeutique qui, sans antalgique ni anti-inflammatoire, est capable de nous libérer des douleurs rhumatismales, mais aussi de traiterles trouble de la croissance chez l'enfant et même de migraines récalcitrantes. Elle s'adresse donc à tous les patients de 5 à 85 ans, sans effet secondaire ni contre-indication.

 

 

Le principe de la posturologie consiste à reprogrammer une mauvaise position. Lorsque l'on est en déséquilibre postural, la bascule du corps entraîne des rotations anormales des articulations des épaules et du bassin. Pour compenser, les muscles avoisinants se contractent continuellement, d'où l'apparition de douleurs permanentes. L'origine du problème vient donc des muscles.

 

Pour retrouver l'alignement idéal, le médecin va donc agir aux deux extrêmités des chaînes musculaires : la tête et les pieds. Il travaille alors sur l'œil, le pied, la bouche et la peau, récepteurs ou capteurs essentiels en relation directe avec l'équilibre, et qui, pour des raisons variables, sont déréglés. Objectif : ramener le centre de gravité à sa place en rétablissant des rapports articulaires normaux – ou, pour le moins, de meilleure qualité. Mais quels rôles ces capteurs jouent-ils sur la posture ?

 

 

● L'œil – Il ne s'agit pas de l'organe de vision mais des muscles (oculomo-
teurs) qui l'entourent : un fonctionnement asymétrique sera retransmis aux muscles du cou et des épaules qui entraîneront bascule et rotation. Car c'est l'œil qui détermine la position du pied (d'où l'adage « Bon pied bon œil »).
Si les oculomoteurs ne sont pas en phase, un message éronné sera donc envoyé au pied, via la chaîne musculaire, et ce dernier se positionnera mal. Mais notre corps, lui, compensera en s'équilibrant dans ce déséquilibre… pour ne pas tomber ! D'où les douleurs musculaires.

Cela provoque des comportements anodins : on a l'œil qui picote ou qui larmoie ; on se prend les manches dans les poignées de portes, on se cogne dans les angles de table ; on a du mal à conduire la nuit, etc. Les oculomo-
teurs peuvent être rééduqués grâce à quelques séances d'orthoptie.

 

 

● Le pied – Tout repose sur lui puisqu'il représente le tampon terminal sur lequel s'appuie le corps dégingandé. Il s'adapte au désordre situé au-dessus de lui et cause du déséquilibre : un corps dont les oculomoteurs ne fonction-
nent pas en phase, a tendance à tourner sur lui-même, et cette rotation se transcrit de la tête aux pieds.

Il sera corrigé grâce à une semelle qui normalise l'appui au sol. Utilisée comme une réflexothérapie, elle possède une puce proprioceptive au milieu de la voûte plantaire : au contact du propre champ magnétique de la personne, elle émet un rayonnement vers le haut tout en corrigeant les chaînes musculaires. Les semelles, fabriquées par le podologue, sont portées pendant une année, temps nécessaire au cerveau pour programmer et fixer le nouveau schéma corporel.

   ●●●

 

[1] – [2]

           Page suivante >